Actualités Covid-19
Publié le

Impact économique sur les entreprises de Nouvelle-Aquitaine : de nouveaux résultats - enquête menée du 5 au 10 mai

Covid-19_Enquête impact éco_3

Dans le contexte de crise sanitaire relatif au Covid-19, les 14 CCI de Nouvelle Aquitaine ont mené une 3ème enquête auprès de leurs ressortissants afin de recueillir des informations sur leur situation économique. Celles ci sont transmises aux Pouvoirs publics afin que tout le soutien nécessaire leur soit apporté pour surmonter les difficultés.

Cette nouvelle enquête en ligne vise, sur la base des déclarations de chefs d’entreprise, à :

  • Apprécier l’impact de l’épidémie du Covid19 sur l’activité des entreprises du territoire dans le temps,
  • Identifier la nature des principales aides, des principaux accompagnements sollicités,
  • Apprécier les conditions de la reprise d’activité.

Synthèse de l'enquête générale

Nouvelle enquête réalisée auprès de 8 500 entreprises dont 82% relèvent du secteur tertiaire et 75% ont moins de 5 salariés.

  • Près de 7% des entreprises envisagent la cessation d’activité, la moitié d’entre elles d’ici la fin de l’année.  Plus de 8% ont enclenché des mesures sociales (licenciements), pour près d’1/3 à hauteur de 10 à 25% de leur effectif. Si ¾ des entreprises sont éligibles à une aide, 2/3 estiment que cela va favoriser la poursuite ou le redémarrage de l’activité. Le Fonds de solidarité est la mesure la plus demandée.
  • Côté secteur, le tourisme est celui qui envisage une forte cessation d’activité (20% des établissements pourraient demander une procédure de redressement ou liquidation).
  • Concernant la reprise d’activité, les principaux freins sont la sécurité liée aux mesures barrières à mettre en place et une tension forte sur la trésorerie. Près de 43% demandent ainsi un accompagnement personnalisé.
  • Sur le plan international, 23% des entreprises déclarent envisager de relocaliser localement et durablement une partie de leur approvisionnement.

Synthèse sur le focus "Commerce"

2 627 commerçants ont répondu au questionnaire en ligne. Parmi eux :

  • commerce de détail non alimentaire: 62 %
  • commerce de détail alimentaire: 19 %
  • autres commerces :19 %

Il existe des disparités selon les secteurs. Avec les commerces de détail non alimentaire, les entreprises de l’hôtellerie restauration et des services liés au tourisme sont les plus concernées par la fermeture administrative pendant le confinement. À l’inverse, trois quarts des industries et des entreprises de la construction déclarent être en activité. 

Deux tiers des commerçants n’envisagent pas la cessation de leur activité. Cependant,  7 % des commerçants envisagent une cessation de leur activité, proportion proche de celle observée tous secteurs confondus. Le commerce de détail non alimentaire est plus touché que les autres branches. En revanche, la part des indécis est plus importante dans ce secteur , notamment dans le commerce de détail non alimentaire (30%).

8 % des commerçants envisagent des mesures sociales, 22% sont indécis (27 % dans la branche « autres commerces »). Lorsque des mesures sociales sont envisagées, les réductions d’effectifs sont importantes.

Au sujet des freins à la reprise d'activité des commerces : le commerce non alimentaire plus touché que les autres branches notamment par des freins financiers et des freins liés à la sécurité.

Les commerçants sont plus nombreux que les chefs d’entreprises toutes activités confondues à exprimer des besoins d’accompagnement financier mais aussi commercial et en matière de transition numérique.

Synthèse sur le focus "Tourisme"

1 956 entreprises liées au tourisme ont répondu au questionnaire en ligne. Parmi eux, 

  • 82 % d’entreprises de l’hôtellerie-restauration
  • 18 % d’entreprises des services liés au tourisme

Les chefs d’entreprises du tourisme ont formulé des demandes d'aides qui ont été acceptées : la moitié d’entre eux a demandé à bénéficier du fonds de solidarité de l’Etat et a reçu un avis favorable. 55% estiment que ces aides favorisent la poursuite ou le redémarrage de l’activité.

Les chefs d’entreprises du tourisme sont les plus nombreux à envisager une cessation d’activité (9 %). Tous secteurs confondus, la proportion est de 6,5 %. La part des indécis est également plus importante dans ce secteur : un tiers des acteurs du tourisme indiquent ne pas savoir si leur activité se poursuivra. 44% des entreprises du tourisme qui envisagent une cessation d’activité indiquent une échéance d’ici la fin de l’année.

Dans le tourisme, lorsque des mesures sociales sont envisagées, les réductions d’effectifs sont importantes : 58 % des dirigeants qui envisagent des réductions d’effectif réduirait plus d’un quart de celui-ci. Le tourisme devrait être le secteur le plus concerné par des mesures sociales (13 % contre 8 % tous secteurs). Par branche, 14 % des répondants dans l’ hôtellerie restauration et 11 % dans les services liés au tourisme, envisagent des mesures sociales. L’incertitude prédomine : 30 % des entreprises du tourisme indiquent ne pas savoir s’ils prendront des mesures sociales. Cette proportion est de 24 % tous secteurs confondus.

Les freins liés à la sécurité (consignes d’hygiène, EPI, etc ) et à la demande (changements de comportements d’achats) prédominent nettement pour les entreprises du tourisme. Un tiers des dirigeants du tourisme a commandé des EPI, 44 % ne l’a pas encore fait mais pourrait en avoir besoin. 

À très court terme, les besoins les plus cités sont :

  • l’approvisionnement en équipements de protection individuelle,
  • l’accompagnement financier,
  • l’accompagnement dans la réorganisation de
  • l’entreprise (amplitude horaire, respect distanciation sociale, etc.)
  • le conseil sur la stratégie commerciale et /ou marketing
  • les informations juridiques et réglementaires/

Le besoin d’accompagnement pour l’embauche de saisonniers est important pour les entreprises liées à l’activité touristique.